h1

Quelques découvertes…

4 octobre 2002

A la fac, on a enfin reçu tous les papiers où c’était expliqué ce qu’il fallait faire dès cette semaine : notamment aller à la banque et faire une Alien Registration Card. Puis dans l’amphi, on nous a appelé un par un pour nous remettre une enveloppe avec dedans 25 000 yens en liquide (c’est le cadeau de bienvenue… super sympa, ça).

L’après-midi, on a fait la visite des clubs de l’université! On a pu voir le club de natation, le club de judo et celui de karaté. C’est impressionnant de voir avec quel sérieux ils s’entraînent tous, ainsi que l’esprit de groupe qui y règne. Le club de karaté m’a un peu fait penser à l’armée, surtout au niveau de la discipline. On n’a visité que les clubs sportifs, bien qu’il y ait tout un tas de clubs très différents, et chacun ayant son propre box (assez petit et souvent bordélique) : le club de littérature, d’astronomie, de manga, de photo, de magie, de jeu de rôle… Puis on nous a donné une feuille avec la liste de tous les clubs. Il y en avait plus d’une centaine, et certains vraiment très originaux, comme par exemple le club d’ Esperanto, et d’autres qui m’ont fait sourire, comme le « club de la visite de Kyoto à pied » et le « club des futurs conducteurs de bus ».

Vers 16h00, avant qu’il ne fasse nuit (ici le soleil se couche très tôt), on est tous allés visiter la bibliothèque. Après cette courte visite guidée très ennuyeuse commentée par un Japonais pas très doué en anglais, j’ai fait le tour des banques pour essayer de retirer de l’argent avec ma carte bleue, et j’ai vu que ça ne marchait qu’à la Poste! Ouf, sauvée! J’ai pu retirer 26 000 yens, et payer ainsi ma caution de 20 000 yens. Il me fallait du liquide sur moi, et même les 25 000 yens de cadeau de bienvenue de ce matin, ça n’allait pas me suffire. L’argent part très vite ici…

Plus tard je suis retournée faire les magasins de keitai avec Cora, une allemande francophone vraiment très sympa. On a demandé à un vendeur si il parlait anglais, parce qu’elle ne comprenait pas comment un téléphone pouvait permettre de surfer sur le net sans aucun câble (la technologie et elle, ça fait deux). Ensuite à 19h00 je suis allée au grand croisement du hyakumanben, où ma tutrice Yuuki m’attendait. On est allé directement chez elle, car elle avait acheté toutes les provisions pour la cuisine de ce soir (c’est elle qui va cuisiner, et donc je vais enfin goûter à de la vraie cuisine japonaise faite « maison »!). Elle a fait de la soupe au potiron et du « niku jaga » : ça tombe bien, je n’aime pas les pommes de terre… Mais je n’ai pas trop eu à me forcer pour manger, parce que c’est vraiment très bon. Je trouve que les pommes de terre ont un goût un peu différent de celles de France… Elles ressemblent plus à des patates douces. Ensuite les colocataires de Yuuki sont arrivés un par un. C’était deux filles, une Polonaise et une Russe. Ça me fait toujours aussi bizarre de rencontrer des gens de nationalité si différentes! Puis on a discuté de tout et de rien, et à la fin, Yuuki m’a fait visiter la maison. Ce qui est bien, c’est que c’est une maison typiquement japonaise, avec un tatami, portes coulissantes, kotatsu et tout le reste.

A la fin, on finit par tous se goinfrer de clémentines. Puis la soirée passe, il commence à être minuit, et je ne veux pas rentrer trop tard, mais voilà que je me pose encore une question débile : quand doit-on quitter quelqu’un qui nous invite, au Japon? Il faut le dire directement ou bien ça ne fait pas poli? Dans les stupides guides que j’avais lus, il était écrit qu’il fallait partir lorsque son hôte nous donne du thé… mais c’est du n’importe quoi, ça! Je suis sûre qu’il n’y a que les plus de 60 ans qui le font.  Et puis après tout, Yuuki m’avait dit qu’elle avait été en France, donc elle doit être habituée. Je lui dit donc que je vais partir car il se fait tard, et je lui donne en cadeau un parfum de collection de Paris, et elle a l’air très contente. Ou fait-elle semblant? Le problème avec les Japonais, c’est que je n’arrive jamais à deviner le fond de leur pensée… Puis elle me dit que je peux revenir quand je veux, et c’est la fille Polonaise (j’ai eu beaucoup de mal à retenir son prénom) qui me raccompagne jusqu’à ma résidence universitaire. Cela fait quand même 10 bonnes minutes à pied, alors je discute avec elle et je me rends compte qu’elle a un excellent niveau de japonais. On arrive au hyakumanben, là on se quitte et j’arrive à la résidence vers 00h45, vraiment crevée, et avec l’impression d’avoir mangé pour toute la semaine.

3 commentaires

  1. ton site est …… super!! j’adore lire tous ce que tu mets , c’est extra !!!


  2. une journée bien fatiguante ^____^… j’espère que tu t’es inscrite a l’un des clubs :-p je verrais ptet ca plus tard ^___^
    …je continue la visite.


  3. Ralah trop dla chance.. mais bon le vélo jpense ke c indispensable ! lol



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :